Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Dictateur (The Great Dictator), de Charles Chaplin (1940)

par Hyarion 2 Mars 2008, 10:00 Dans la vidéothèque

undefined
Le Dictateur (The Great Dictator)
CHARLES CHAPLIN
1940. Etats-Unis d'Amérique. 126 min. Noir & blanc. 35 mm.
Scénario : Charles Chaplin. Photographie : Rolland Totheroh, Karl Struss. Musique : Charles Chaplin, Richard Wagner, Johannes Brahms. Production : United Artists. Interprétation : Charles Chaplin, Jack Oakie, Henry Daniell, Paulette Goddard, Billy Gilbert.

undefinedPendant la Première Guerre mondiale, un soldat maladroit sauve la vie du valeureux pilote Schultz. Après quelques années passées à l'hôpital, ce soldat devenu amnésique reprend son métier de barbier et rencontre une jeune femme, Hannah. Entre-temps, Adenoid Hynkel, qui ressemble physiquement beaucoup au barbier, est devenu le dictateur de la Tomanie (Tomania), avec la complicité de ses ministres Garbitsch et Herring, et a institué une discrimination contre les juifs. Or le barbier est lui-même juif. Lors d'une rafle, tandis que l'armée de Tomanie envahit l'Österlich, Hynkel et le barbier sont confondus, ce qui contraint finalement ce dernier à improviser un discours inattendu et mémorable à la radio...

En 1939, Charles Chaplin, dit Charlie Chaplin, acteur, réalisateur, producteur et scénariste comique burlesque britannique, installé aux Etats-Unis d'Amérique, est une immense célébrité du monde du cinéma. Né dans un quartier pauvre du sud de Londres, en avril 1889, il a connu, grâce à son personnage de Charlot, créé en 1914, une ascension spectaculaire à l'époque du cinéma muet, avec des films - réalisés par lui - tels que Le Kid (The Kid ; 1921), La Ruée vers l'or (The Gold Rush ; 1925), Les Lumières de la ville (City Lights ; 1931) ou Les Temps modernes (Modern Times ; 1936).
Confronté à la nécessité de ne plus ignorer le cinéma parlant, apparu en 1927, Chaplin a eu le projet de tourner un film sur Napoléon Ier, sur lequel il a travaillé durant toute l’année 1937. Finalement, l'année suivante, il a décidé de lancer un nouveau projet de film, autour du personnage d'Adolf Hitler, élu chancelier d'Allemagne en 1933 et devenu rapidement dictateur du IIIe Reich allemand. Chaplin est né la même année que Hitler et seulement quelques jours avant lui, et les deux hommes ont tout deux choisi de porter la même moustache - celle de Chaplin étant toutefois fictive, puisque portée uniquement pour incarner le personnage de Charlot. La motivation première du cinéaste vis-à-vis de ce nouveau projet de film est venue, semble-t-il, de l'envoi qui lui a été fait, par son ami Ivor Montagu, d'un livre publié sous le régime nazi, Les Juifs vous observent, dans lequel Chaplin était décrit comme étant un "écoeurant acrobate juif"... Farouchement opposé à toute forme de dictature et de nationalisme, convaincu de se lancer dans un sujet sur Hitler par Dan James, jeune marxiste rencontré chez le cinéaste King Vidor, Chaplin décide de s'attaquer à ce qu'il appelle les "mauvaises manières" dominant le monde d'alors, avec une arme qui lui est propre : le comique burlesque.
N'ayant jamais, jusqu'alors, écrit et réalisé de film parlant, Chaplin doit changer complètement sa façon de travailler, avec une équipe technique désormais plus nombreuse qu'auparavant et un scénario particulièrement élaboré. Dès 1938, le principe de base du film est la ressemblance physique du personnage du barbier juif, évoquant Charlot, avec le personnage du dictateur Adenoid Hynkel, caricature d'Adolf Hitler, et sur la confusion qui sera faite entre les deux. Sont également prévus des personnages fictifs caricaturant d'autres personnages réels cotoyant Hitler, notamment le dictateur italien fasciste Benito Mussolini (caricaturé en Benzino Napaloni, dictateur de Bactérie). Pour réussir ses caricatures, Chaplin étudie les actualités filmées de l'époque, ce qui lui permets notamment de connaitre suffisemment le style oratoire de Hitler pour pouvoir le parodier au mieux.
undefined Le tournage du film, commencé quelques jours après le début de la Seconde Guerre Mondiale, a lieu entre septembre 1939 et le début de l'automne 1940, avec une interruption au printemps 1940. La fin du film - celle du discours final prononçé par le barbier juif confondu avec le dictateur - a posé problème au cinéaste, qui n'en était pas satisfait après en avoir tourné une première version. Le discours humaniste final, en faveur de la paix et de la raison, fut ainsi remanié, peaufiné, sous l'influence des évènements de l'époque, notamment l'invasion de la France par l'Allemagne nazie en juin 1940. Finalement, la première projection mondiale du film The Great Dictator a lieu à New York en octobre 1940. Charles Chaplin a pris des risques en choisissant un tel sujet, car, à l'époque, les Etats-Unis d'Amérique sont encore neutres vis-à-vis de la deuxième guerre mondiale, et Hollywood rechigne à produire des films ouvertement anti-nazis par crainte de perdre ainsi le marché allemand. Mais le film sera finalement un immense succès, sans doute le plus important de la carrière de Chaplin... même s'il est évidemment interdit dans toute l'Europe occupée par les nazis, jusqu'à la Libération. On sait toutefois qu'Adolf Hitler lui-même a eu l'opportunité de voir le film, dont il avait réclamé une copie, après sa sortie. La France, pour sa part, pourra projeter le film pour la première fois dans les salles de cinéma seulement en mars 1945, quelques semaines avant que Hitler ne se suicide dans son bunker berlinois encerclé par l'armée soviétique, et que la guerre ne prenne fin en Europe...

Aujourd'hui, The Great Dictator est et reste un chef d'oeuvre de l'histoire du cinéma, réalisé par un des plus grands génies du 7eme art. Le message humaniste qu'il contient n'a pas vieilli, quoi que l'on en dise, et les nombreux gags du film continuent de faire rire de nos jours. L'imitation satirique d'Adolf Hitler par Chaplin, en particulier, est particulièrement réussie : le grand discours de Hynkel devant les fils et filles de la "double croix" (remplaçant la croix gammée nazie) et les micros, la colère du dictateur lorsqu'il n'arrive pas à retirer sa plume du porte-plume, afin de signer une lettre sur son bureau, continuent de faire rire de bon coeur (en tout cas, pour ma part, je ris encore en revoyant ces scènes). Ce film reste très drôle, malgré les années qui passent, ce qui en souligne l'universalité.
undefinedC'est un film qui reste aussi émouvant, par exemple lorsque l'on voit le barbier juif, de dos, avec Hannah à ses côtés, en train de regarder brûler sa boutique incendiée par les nazis, et aussi lors du discours final prononcé par Charles Chaplin lui-même, devant lequel tout personnage de fiction finit par s'effacer... On ne peut manquer également d'être aujourd'hui, comme hier, marqué par la formidable puissance d'évocation de la célèbre scène dans laquelle Hynkel joue, seul dans son vaste bureau, avec un ballon gonflable représentant le globe terrestre, le faisant tourner sur ses doigts, et bondir sur sa tête ou son derrière, avant de l'étreindre, jusqu'à ce qu'il explose. Cette scène est accompagnée, en fond sonore, par le magnifique Prélude du premier acte de l'opéra Lohengrin, de Richard Wagner (1813-1883), une des plus émouvantes pages musicales de ce compositeur allemand - dont la musique a été outrancièrement récupérée par les nazis, avec la complicité des descendants du musicien -, merveilleux Prélude de Lohengrin que l'on retrouve à la fin de The Great Dictator, fin qui, après le discours du barbier, est inscrite sur le visage de Paulette Goddard, compagne de Chaplin incarnant Hannah, et dont la musique souligne le sentiment d'espérance s'en dégageant...

Dans son autobiographie, Histoire de ma vie, parue en 1964, Charles Chaplin a écrit :
"Si j'avais connu les réelles horreurs des camps de concentration allemands, je n'aurais pas pu réaliser Le Dictateur ; je n'aurais pas pu tourner en dérision la folie homicide des nazis."

(Charles Chaplin, Histoire de ma vie, 1964, cité in ROBINSON [David], Charlot, entre rire et larmes, traduit de l'anglais par Frédéric Maurin, Paris, collection "Découvertes Gallimard", Gallimard, 1995, chapitre IV, p.84)
Comment appréhender The Great Dictator à la lumière des évènements historiques que nous connaissons ? A l'époque où le film fut tourné, ainsi que je l'avais lu dans un texte de présentation du film lorsqu'il avait été programmé à la Cinémathèque de Toulouse en 2004, "on n'avait pas encore idée de la barbarie nazie. C'est ce qui fait du Dictateur un film de combat contre la barbarie (toutes les barbaries) et non un film à la mémoire des victimes de la barbarie."

Et pour ceux qui considèrent que le discours final du barbier est simplement naïf, comme ce fut le cas pour certains contemporains de Chaplin à l'époque, on laissera le cinéaste français François Truffaut leur répondre...
"Lorsqu'à la fin du film, dans la plus pure tradition du spectacle, le petit barbier juif est amené à remplacer The Great Dictator dont il était le sosie - sans qu'une seule allusion à l'intérieur de l'oeuvre ait été faite à ce sujet, ellipse géniale - il pleut, au moment du fameux discours, des vérités premières dont je serai le dernier à me plaindre, les préférant aux vérités secondes ; les évènements qui ont déchiré notre continent peu après la sortie de ce film prouvent assez que si Chaplin y enfonçait des portes ouvertes, elles ne l'étaient pas pour tout le monde."

(François Truffaut, en 1957, in TRUFFAUT [François], Les Films de ma vie, Flammarion, 1975, rééd. collection "Champs-Contre-Champs", Flammarion, 1987, I., p.78)

Cordialement, :-)

Hyarion.

P.S. : Cet article est le premier d'une série consacré au cinéma, laquelle sera l'occasion de passer en revue les films contenus dans ma vidéothèque, dans l'ordre chronologique de sortie desdits films. Cette série reflètera mes goûts personnels en matière de cinéma, et ne plaira sans doute pas à tout le monde... et ce sera très bien ainsi.


Annexe :
The Great Dictator's Final Speech

undefined

I'm sorry, but I don't want to be an emperor. That's not my business. I don't want to rule or conquer anyone. I should like to help everyone – if possible – Jew, Gentile – black man – white. We all want to help one another. Human beings are like that. We want to live by each other's happiness – not by each other's misery. We don’t want to hate and despise one another. In this world there is room for everyone. And the good earth is rich and can provide for everyone. The way of life can be free and beautiful, but we have lost the way.

Greed has poisoned men's souls, has barricaded the world with hate, has goose-stepped us into misery and bloodshed. We have developed speed, but we have shut ourselves in. Machinery that gives abundance has left us in want.


Our knowledge has made us cynical. Our cleverness, hard and unkind. We think too much and feel too little. More than machinery we need humanity. More than cleverness we need kindness and gentleness. Without these qualities, life will be violent and all will be lost….


The aeroplane and the radio have brought us closer together. The very nature of these inventions cries out for the goodness in men – cries out for universal brotherhood – for the unity of us all. Even now my voice is reaching millions throughout the world – millions of despairing men, women, and little children – victims of a system that makes men torture and imprison innocent people.


To those who can hear me, I say – do not despair. The misery that is now upon us is but the passing of greed – the bitterness of men who fear the way of human progress. The hate of men will pass, and dictators die, and the power they took from the people will return to the people. And so long as men die, liberty will never perish. ...


Soldiers ! don't give yourselves to brutes – men who despise you – enslave you – who regiment your lives – tell you what to do – what to think and what to feel ! Who drill you – diet you – treat you like cattle, use you as cannon fodder. Don't give yourselves to these unnatural men – machine men with machine minds and machine hearts ! You are not machines ! You are not cattle ! You are men ! You have the love of humanity in your hearts ! You don't hate !


Only the unloved hate – the unloved and the unnatural ! Soldiers ! Don't fight for slavery ! Fight for liberty !


In the 17th Chapter of St Luke it is written: "the Kingdom of God is within man" – not one man nor a group of men, but in all men ! In you ! You, the people have the power – the power to create machines. The power to create happiness ! You, the people, have the power to make this life free and beautiful, to make this life a wonderful adventure.


Then – in the name of democracy – let us use that power – let us all unite. Let us fight for a new world – a decent world that will give men a chance to work – that will give youth a future and old age a security. By the promise of these things, brutes have risen to power. But they lie ! They do not fulfil that promise. They never will !


Dictators free themselves but they enslave the people ! Now let us fight to fulfil that promise ! Let us fight to free the world – to do away with national barriers – to do away with greed, with hate and intolerance. Let us fight for a world of reason, a world where science and progress will lead to all men's happiness. Soldiers ! in the name of democracy, let us all unite !
(Illustrations : ©Roy Export Company Establishement)

commentaires

KaG 03/03/2008 12:20

Rien à voir avec le Dictateur dont je garde un excellent souvenir.Mais... je viens de te taguer, alors au boulot !

Sauron 02/03/2008 17:09

Mais euh!Bon, d'accord : bien fait pour moi. A vouloir écrire mon mot avec un peu trop de rapidité, j'en arrive à utiliser des termes inapropriés (au sens : ne reflétant pas vraiment ma pensée). Ici, c'est le "crédible". Ma pensée était plutôt orientée vers "ne m'ayant pas du tout convaincu"... J'en arrive ainsi au second point : mon mot est mon mot. Il reflète mon opinion, rien de plus. Et, étant donné que les films de Chaplin n'ont jamais vraiment marqué ma sensibilité (mais j'en ai une... si si. Non mais si, c'est vrai. Quoi, je suis un robot? Qui a dit ça? niarf, trahi!), je me vois mal placé pour imposer un avis objectif... simplement, j'ai regardé Le Dictateur il y'a assez longtemps, et autant la scène du globe m'avait marqué et m'avait semblé d'une grande justesse (dans l'opposition entre la grâce infinie de la gestuelle et la barbarie sans bornes qu'elle sous-entendait, comme tu l'as fait remarquer), autant le discours final m'avait laissé un goût d'inachevé très clair.Aussi, je maintiens ce que j'ai dit : à mon sens, la pertinence du discours final du Dictateur après 1945 me parait limitée. Le film reflète tout le talent de Chaplin (que je ne nie pas, Chaplin était un très grand du cinéma), talent qui, à mon humble avis, résidait plus dans le sens de l'image que dans les discours... Merki pour ta brillante analyse cinéma, Dante. Tu es bien plus marqué par l'oeuvre de Chaplin que je ne le suis, ce qui explique ta réaction. Maintenant, je donne mon point de vue, c'est ainsi, et ce sera toujours ainsi. ;-)Amicalement,Sauron

Hyarion 02/03/2008 17:21

Sauron >>> "sinon, et pour changer de sujet, j'aimerai bien savoir ce que Jean Sarkozy vient faire dans les "vidéos similaires à l'extrait" de dailymotion... :-))"Le lien que j'ai indiqué dans l'article, lien qui un jour sera sans doute obsolète, mène à une vidéo du site Dailymotion montrant la célèbre scène du Great Dictator où l'on voit Hynkel jouer avec le globe terrestre. Je n'avais pas remarqué a priori, mais il est vrai que les vidéos référencées à côtés de celle-ci par Dailymotion ne sont, en ce moment, sont des vidéos d'actualité politique dont certaines sont effectivement à la "gloire" de Jean Sarkozy, le fils de l'autre, dont il a été ici question dans un précédent article... Le site du journal en ligne Rue 89, qui a mis en ligne cette liste de vidéos - abusivement désignées comme étant "similaires", si ce n'est pas le fait qu'elles sont issues du même "propriétaire" - , a cru bon de mélanger une scène du Great Dictator avec l'actualité politique française : on peut peut-être y voir une volonté, consciente ou non, d'apporter ainsi une bouffée d'air frais artistique aux visiteurs saturés de sarkozysme... Mon premier article sur le cinéma peut aussi, de reste, être perçu comme étant une bouffée d'être frais adressée à mes lecteurs, de ce point de vue...Dante >>> "Le but est bien sûr de produire plus...Tiens, ça vous dit quelque chose ce genre de chose...? C'est curieux, moi aussi... :))-"Il parait que les professeurs d'histoire-géographie d'aujourd'hui sont confrontés à de curieuses réponses de leurs élèves lorsqu'on leur pose la question de définir la notion de production, en géographie, lesdits élèves étant apparemment très influencés, pour répondre, par un certan slogan politique matraqué à longueur d'émissions de télévision et de radio depuis quelques mois... Les témoignages au sujet de ce triste phénomène de conditionnement cérébral de la jeunesse sont les bienvenus...Sauron >>> "simplement, j'ai regardé Le Dictateur il y'a assez longtemps, et autant la scène du globe m'avait marqué et m'avait semblé d'une grande justesse (dans l'opposition entre la grâce infinie de la gestuelle et la barbarie sans bornes qu'elle sous-entendait, comme tu l'as fait remarquer), autant le discours final m'avait laissé un goût d'inachevé très clair."Il me semble que le cinéaste Woody Allen, lui, n'a, pour sa part, pas été emballé par la scène du globe, que je trouve magnifique, en ce qui me concerne... Comme quoi, tous les goûts sont dans la nature...Sauron >>> "Maintenant, je donne mon point de vue, c'est ainsi, et ce sera toujours ainsi. ;-)"...Et il ne saurait en être autrement, cher Sauron, c'est entendu... ;-)Amicalement, :-)Hyarion, le démocrate anarcho-monarchiste.

Dante 02/03/2008 15:44

Cher Hyarion, Merci pour cet article sur ce qui demeure pour moi un des plus grands films de l'histoire du cinéma. J'avoue toutefois que j'ai une petite préfèrence pour les Temps Modernes, réalisé en 1936, et dont la puissance me saisit à chaque revision. Un film marqué certes par une époque, mais aussi un outil de réflexion sur le travail, les modes de production, et la vie des hommes qui prend le chemin incessant de cette dernière image où le couple Paulette Godard-Charles Chaplin s'éloigne vers un ailleurs orienté par l'avenir. D'une certaine manière, jusqu'au Dictateur, Chaplin n'oubliera jamais de terminer ces films sur cet horizon d'attente connoté d'espoir. Il nous offre ainsi le regard de ces hommes qui envisagent la continuité pour dépasser une réalité présente. Je retiens avant tout cela chez Chaplin. Ce personnage des marges qu'il a su si bien incarné et auquel il a donné toute l'épaisseur d'un visage qui refuse le cynisme et l'injustice est une vraie création qui fait écho à ce que ce chacun peut apporter à ce monde. Antoine de Saint-Exupéry définit pour moi Chaplin à travers cette phrase: " Etre homme, c'est précisément être responsable. C'est connaître la honte en face d'une misère qui ne semblait pas dépendre de soi. C'est sentir en posant sa pierre que l'on contribue à bâtir le monde ". Cette Terre des hommes est celle que nous habitons et qui nous habite. L'humanisme du cinéma de Chaplin nous invite à ne jamais l'oublier et à envisager la réalité non comme un obstacle à nos rêves mais plutôt comme un territoire qui offre la possibilité de les exprimer et de les vivre. Il y aurait beaucoup à dire sur le Dictateur, tant sa profondeur est toujours aussi présente et actuel. Je renvois ceux et celles qui seraient intéressés d'approfondir l'histoire de ce film au très beau livre qu'à fait Christian DELAGE, Chaplin, La grande histoire (Paris, Jean-Michel Place, 1998) Je souris avec un peu d'amertume lorsque Sauron écrit à propos du discours final qu'il "n'était en rien une arme crédible contre le nazisme". Je pense tout à fait le contraire. Ce discours n'est pas l'émotion sans raison. Il n'est pas qu'un "cri du coeur poignant d'un homme": il est un message de conscience et de confiance en l'avenir. Quelle arme plus crédible contre la plus grande entreprise de destruction que la conscience ? Cette conscience qui fit justement défaut à tant de dirigeants européens qui se contentèrent de pleurnicher après la libération sur les crimes nazis. Cette époque manquait de courage, de conscience et d'ambitions plus humaines. Oh, bien sûr, un film et un discours ne changent pas le monde. Mais ils contribuent à "poser une pierre", à offrir un regard qui a le mérite d'exister et de défier un ordre des choses. J'ai découvert le Dictateur assez jeune et il m'a profondément marqué. Je sais que je suis un hyper-sensible, mais ce discours final a été le premier à m'avoir parlé de ce que je connaissais du monde et des valeurs que je revendique et que je défends. L'ensemble du film ne peut d'ailleurs pas être détaché de ce discours final. Ce discours final est la logique même de tout ce qui a précédé. Cette satire burlesque de la mégalomanie, de la xénophobie devait aboutir sur cet appel à la conscience. Nul doute que Sauron estime peut-être qu'il aurait fallu dénoncer le nazisme "scientifiquement", au lieu de s'investir émotionnellement dans un message de raison, pour être dans une critique "crédible"...Chaplin a construit une véritable comédie, au sens le plus noble du terme. Il en fait un instrument de vérité. Et ce discours final en est l'aboutissement. La réalité reconfigurée par le prisme de la comédie marque toute sa gravité à travers ce discours. Chaplin a été le premier, avec Buster Keaton, à élaborer les gags de ces films en fonction de l'histoire qu'il suivait et de l'ambiance dans laquelle son film se déroulait. Ainsi, la scène de la bombe qui suit Charlot-soldat au début du film est terriblement drôle mais aussi terrifiante. De même pour la scène du globe, où l'on assiste à un ballet d'une grande beauté mais aussi à une chorégraphie glaçante et sinistre, celle d'un homme qui détient le pouvoir et qui joue avec le monde. Le prélude de l'opéra Lohengrin de Wagner est l'occasion d'accentuer le contraste, à ce moment là, entre cette éphèmère instant de grâce et sa nature profonde. Ainsi, c'est aussi l'occasion de livrer une réflexion sur les apparences de la réalité et sur les multiples visages qu'elle recouvrent selon ceux qui la regarde. Le Dictateur est certes le produit d'un regard, celui de Chaplin. Mais c'est aussi un regard partagé: à la même époque, la résistance se décline par des actes et des discours, par des films comme le très métaphorique Visiteurs du soir qui était une manière, par le biais du réalisme poétique insufflé par le scénario de Prévert, de contourner la censure et de critiquer l'occupant. Le Dictateur est un permanent exercice d'équilibrisme entre la nécessité de saisir la réalité avec distance et celle d'en rendre compte. Chaque gag porte en germe l'exposé des dérives des sociétés humaines. Cela est particulièrement frappant, si ce n'est plus, dans Les Temps modernes où Chaplin se bat contre une machine qui exécute les gestes nécessaires pour prendre son repas afin qu'il continue à travailler en mangeant, sans prendre de pause. Le but est bien sûr de produire plus...Tiens, ça vous dit quelque chose ce genre de chose...? C'est curieux, moi aussi... :))-Il y aurait encore fort à dire sur Le Dictateur comme ce dernier plan sur le visage de Paulette Godard dont la lumière se dépose sur l'avenir et l'horizon de son regard...Oui, Sauron, j'ai parlé de ce film avec mon coeur. Ce n'est donc certainement pas un avis "crédible" mais il existe. Les hommes n'ont pas simplement besoin de raisonner pour conduire leur vie. Ils écrivent des symphonies et des livres, ils produisent des choix qui les engage en profondeur: bref, ils ont aussi besoin de ressentir et d'écouter autre chose que le constat d'un tube à essais. Nos sentiments n'empêchent pas notre raison de s'exprimer. Elle y trouve au contraire la possibilité de réfléchir et de convaincre. Et d'espèrer un jour habiter ensemble une terre plus fraternelle. Amitiès, Dante.

Sauron 02/03/2008 12:24

Ah, quand même... tout vient à point à qui sait attendre...Le Dictateur, film le plus célèbre de Chaplin, et, à mon goût, le plus réussi (la séquence de Hinkel jouant avec la planète est certainement l'une des 2 ou 3 séquences les plus marquantes de l'histoire du cinéma aux côtés du "je suis ton père" ;-). Peu de choses à rajouter à ce que tu as dit, en fait, si ce n'est que le discours final du barbier m'avait laissé un goût d'inachevé. Je ne l'ai vu qu'une seule fois, et il y'a assez longtemps. Aussi, je projettais dans le film tout ce que je savais du régime nazi et n'arrivais évidemment pas à m'y retrouver... Chaplin a dit qu'il n'aurait pu faire son film après 45, et je pense qu'on ne peut plus voir Le Dictateur après 1945 comme on pouvait le voir en 1940.D'où les problèmes de perception possibles du discours final, qui reste avant tout un manifeste de l'humanisme tel que le concevait Chaplin et qui, bien entendu, n'était en rien une arme crédible contre le nazisme, mais juste le cri du coeur poignant d'un homme confronté à la folie d'une époque sans égale dans l'horreur.Chaplin se méfiait du cinéma parlant, et d'un certain côté, il avait raison : la scène de la planète reste à mon sens bien plus "parlante" que le discours final...Le Dictateur est un film de Chaplin, bien plus qu'un film sur Hitler!sinon, et pour changer de sujet, j'aimerai bien savoir ce que Jean Sarkozy vient faire dans les "vidéos similaires à l'extrait" de dailymotion... :-))Sauron

Haut de page