Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La « merveilleuse » histoire de Sarkozy-Gollum

par Hyarion 6 Février 2007, 17:40 Campagne présidentielle (janvier - mai 2007)

Avant d'évoquer plus directement l'actualité de la campagne électorale présidentielle - si tant est que l'on puisse parler de "campagne électorale", compte-tenu du niveau auquel se situe actuellement le débat, et l'odeur nauséabonde qui se dégage de l'ensemble -, j'aimerai revenir un instant sur ce qui m'a poussé à éviter les discussions politiques sur mon forum habituel, celui du site JRRVF. Un jour de mai 2006, j'ai éprouvé le besoin d'exprimer le relatif pessimisme que m'inspirait la situation de la France, à environ un an de l'élection présidentielle, ayant alors appris que le taux de popularité des idées de l'extrême-droite dans le pays était, à ce moment-là, au moins aussi élevé qu'il y a cinq ans, avant la précédente élection dont on sait quels furent les résultats. Bien que ne craignant pas les extrémistes en tant que tels, car ils ne peuvent emporter la victoire, je me demandais - et me demande encore, à vrai dire - si, malheureusement, le racisme et la xénophobie ambiants - fruits empoisonnés du malaise social - n'allaient pas, en définitive, faciliter un peu trop la réussite électorale d'un politicien de droite très ambitieux - Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, alias Talonnette Ier - qui semblait alors faire tout ce qu'il pouvait pour récupérer l'électorat lepéniste, avant de ce mettre à racoller au centre et même à gauche, comme il le fait aujourd'hui. Par ailleurs, tant lors du conflit du C.P.E., qui venait alors de se terminer, qu'à l'occasion du déballage de la lamentable affaire Clearstream, les manoeuvres forts maladroites de l'adversaire de Sarkozy, le Premier ministre Dominique Galouzeau de Villepin - cet apprenti-Lamartine qui s'est pris pour Fouché - m'étaient apparus, comme autant d'éléments de nature à servir, en définitive, les intérêts de la candidature alors annoncée du ministre de l'Intérieur à l'élection présidentielle de 2007, même s'il est toujours possible - espoir suprême - que Sarkozy soit, cette année, emporté avec toute la droite, dans le déluge d'un vote-sanction. Concernant l'affaire Clearstream proprement dite, j'avais alors constaté, au passage, que Sarkozy, tout en se présentant comme étant la victime d'une campagne de déstabilisation (ce qui n'est pas forcément faux en soit), n'hésitait pas à instrumentaliser toute cette histoire à son profit, avec, comme à l'accoutumée, la complicité des médias. Il continue de le faire encore aujourd'hui, se faisant passer toujours pour la victime d'un corbeau et d'un juge, alors qu'il n'est plus aujourd'hui qu'un manipulateur de plus, sinon désormais le seul : quelle comédie ! Tout cela est scandaleux... Comment cela va-t-il finir ? A l'époque, avec cette guerre politicienne Chirac-Villepin-Sarkozy, et la médiocrité générale de la classe politique, l'avenir politique de la France me paraissait bien incertain... Et je crains que les choses n'aient guère changé aujourd'hui... Enfin, gardons espoir...

Ainsi donc, c'est dans ce contexte politique d'alors, marqué tout particulièrement par la sempiternelle omniprésence de Sarkozy dans les médias - rien n'a évidemment changé aujourd'hui, de ce point de vue -, que je me suis rappelé d'une histoire... La « merveilleuse » histoire de Sarkozy-Gollum, qui a toute sa place dans le Légendaire de l'anti-sarkozysme.
Sans doute avez-vous au moins entendu parler du personnage littéraire de Gollum, l'anti-héros des romans de fantasy de J.R.R. Tolkien, The Hobbit (Bilbo le Hobbit ; 1937) et The Lord of the Rings (Le Seigneur des Anneaux ; 1954-1955), ce dernier ayant fait l'objet d'une adaptation cinématographique particulièrement remarquée, réalisée par le Néo-Zélandais Peter Jackson, et sortie sur les écrans entre 2001 et 2003... Gollum, anciennement connu sous le nom de Sméagol, est, rappelons-le tout de même, un petit être sombre et schizophrène, obsédé par l'Anneau Unique, le Maître Anneau, l'anneau de pouvoir que Bilbo lui a pris dans les grottes des Monts Brumeux, et qu'il ne cesse depuis de rechercher, à travers la Terre du Milieu, étant près à tout pour le récupérer, jusqu'à ce que son "précieux" anneau soit finalement anéanti, avec lui, dans la lave du volcan Orodruin...
Pensant alors, peut-être un peu naïvement, que l'Espace Libre de discussion de mon forum littéraire habituel n'était pas forcément le plus mal indiqué pour évoquer cette histoire de Sarkozy-Gollum, créature désirant le pouvoir de façon aussi obsessionnelle que le Gollum original désire son Anneau, sachant qu'elle était déjà connue de plusieurs amis membres du forum, je me suis décidé à franchir le pas, même si je sais qu'il est toujours un peu délicat d'aborder le domaine politique dans les forums sur Internet qui n'y sont pas à priori consacrés. Cela, en tout cas, ne partait pas d'une mauvaise intention, ou de la moindre volonté de provoquer quiquonque. Pourtant, mon initiative a suscité des contestations, à mes yeux faussement apolitiques, et une prise de becs d'autant plus désagréable qu'elle a eu pour cause des réactions que j'estime encore aujourd'hui quelque peu excessives... Précisons tout de suite que l'idée d'associer Sarkozy et Gollum n'est pas de moi. Cette histoire est, en effet, librement inspirée d'une séquence des « Guignols de l'Info », diffusée sur Canal+ en septembre 2004. Il s'agissait peut-être alors d'une rediffusion, ladite séquence ayant apparemment été réalisée à une époque où il était encore de bon ton de parodier l'adaptation cinématographique du Lord of the Rings par Peter Jackson - la troisième et dernière partie de cette adaptation étant mondialement sortie en salles en décembre 2003. Depuis quelques années, et notamment depuis les changements intervenus dans l'équipe d'auteurs entre 1996 et 1999, le niveau des « Guignols de l'Info » a quelque peu baissé, et leur humour est devenu, par moments, d'une lourdeur, d'une nullité, d'un mauvais goût, d'une méchanceté, et d'une démagogie certains, mais cette fois-là, j'avoue avoir trouvé très amusante cette séquence parodique, présentée sur fond de musique composée par Howard Shore pour les films de Jackson. Librement inspirée donc de cette séquence télévisée, retranscrite à ma façon, cette histoire n'aurait pas dû susciter de remous outre mesure... Je la republie donc, cette fois-ci dans un blog tout à fait approprié, et dans une version revue et corrigée suite à la redécouverte de la séquence originale diffusée sous forme de vidéos en ligne.

La « merveilleuse » histoire de Sarkozy-Gollum

Il était une fois... un Président de la République française qui s'appelait Jacques Chirac, élu en 1995 sur fond de « fracture sociale », et facilement réélu, en 2002, face à un « menhir » raciste et xénophobe aussi connu sous le nom de Le Pen... Ce Président de droite, que certains surnommaient « Jacques Chirouette » de manière à résumer au mieux son action politique, avait été trahi pendant la campagne électorale présidentielle de 1994-1995, par un certain nombre de ses amis politiques, au profit de son concurrent, un « ami de trente ans », le Premier ministre de l'époque, Edouard Balladur dit « Doudou ». La trahison la plus remarquée (et la plus mal digérée, si tant est qu'elle l'ai jamais été) fut alors celle du jeune maire de Neuilly et ministre du Budget, jusque-là bien en cour chez les Chirac, qui s'appelait Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa (actuellement, pour l'heure, ambitieux ministre d'Etat et ministre de l'Intérieur, en attendant mieux [pour lui sans doute, mais pas pour le pays], et considéré depuis cette époque, par le vieux Président, comme étant une sorte d'affreux petit nabot désirant ardemment lui prendre sa place, par tous les moyens)...


Une nuit, tandis qu'un orage menaçait, Chirac dormait tout habillé sur son canapé, dans ses appartements de l'Elysée, en faisant, comme à son habitude, de beaux rêves pleins d'escargots et de têtes de veau, arrosés de champagne et de bière, lorsque soudain, dans un coin de la pièce plongée dans l'obscurité, à la faveur de cet assoupissement présidentiel dont le chef de l'Etat était coutumier, une porte s'entrouvrit et une forme rampante et mystérieuse entra silencieusement...

Comment décrire cet être ? Disons qu'il s'agissait d'une «créature petite et visqueuse» aux membres longs et minces, se déplaçant comme un chat, un être «aussi ténébreux que les ténèbres, à l'exception de deux grands yeux pâles et ronds [...] semblables à des lampes». On pouvait, en étant attentif, observer cette créature, déambulant la nuit dans Paris, non loin de sa tanière de la place Beauvau, en train d'attraper, avec ses longs doigts, les petits animaux qui s'aventuraient un peu trop prêt de son domicile. En général toutefois, les observateurs n'affirmaient voir, à chaque fois, qu' «une petite forme noire» se mouvant sur le pavé parisien, certains réussissant parfois à entr'apercevoir, au sommet de cette forme, « deux petites lueurs pâles, ses yeux qui clignaient un instant vers la Lune et se cachaient vite de nouveau derrière les paupières.»


Fait singulier, son visage ressemblait fortement à celui d'un ministre de l'Intérieur (ou d'un ministre de l'Economie et des Finances), et pour cause : il s'agissait de l'infâme Sarkozy (ministre de l'Intérieur en 2002, puis ministre de l'Economie et des Finances en 2004, puis brièvement ex-ministre, et enfin, à nouveau ministre de l'Intérieur en 2005 [vous suivez, j'espère ?]). L'ambitieuse petite créature était ainsi venue jusque dans le repaire de son ennemi, à la recherche de son « précieux », le costume officiel du Président, avec le fameux grand collier de l'ordre de la Légion d'honneur, attribut d'un pouvoir suprême si ardemment désiré... Quelque peu schizophrène, Sarkozy était habité par deux personnalités un peu différentes, bien que pénétrées de la même ambition : le Sarko-Sméagol, esprit craintif et prudent, et le Sarko-Gollum, esprit haineux et téméraire, ce dernier ayant souvent tendance à dominer le premier... Souple et rapide, la créature rampait sur le sol, sans faire de bruit, fouinant partout dans la pièce, en chuchotant...

Sarkozy : « Où est-il ? Où est-il ? Où est mon prrrrécieux ? Nous le voulons ! Il est à nous ! »

Soudain, comme il passait devant le canapé où Chirac, dans son sommeil, marmonnait des morceaux de phrases à peu près incompréhensibles, son regard scrutateur tomba sur une grand placard aux grandes portes vernies, qui apparaissait dans un coin, tout près de là. Il était entrouvert. La créature rampa en silence vers ledit placard, s'accroupit devant, et écartant avec précaution les portes, sans faire grincer leurs gonds, constata qu'il s'agissait d'une penderie : tous les costumes du Président, semblait-il, y étaient rangés. Sarkozy touchait au but ! Au milieu des vestes, des chemises, des pantalons, se trouvait, bien en évidence, le costume officiel du chef de l'Etat avec le grand collier étincelant. Les yeux avides de la créature brillèrent d'un feu ardent...


Sarkozy (chuchotant): « Mon prrrrrrrécieux ! Nous l'avons trouvé ! Nous avons trouvé le prrrécieux ! Maintenant il est à nous ! A nous ! Prends-le ! »

Mais comme il tendait, en tremblant, sa main droite vers le costume, son esprit fut tout à coup tiraillé, ainsi que cela lui arrivait souvent, par ses deux personnalités...

Sarko-Sméagol (chuchotant): « Non ! non-non-non... non-non-non... »

Sarko-Gollum (chuchotant plus fort) : « Si ! Il est à nous ! Nous l'avons attendu depuis trop longtemps ! »

Sarko-Sméagol : « Non, non ! Il ne faut pas ! Il ne faut pas ! Attendons 2007 ! »


Sarko-Gollum :  « Le précieux... Oooh, mon précieux... »

Sarko-Sméagol :  « Non, non-non ! Il ne faut pas ! Il nous fait confiance ! Il nous soutient ! Il suffit d'attendre ! Trois petites années, et le précieux sera à nous ! »

Sarko-Gollum :  « Non ! Non ! Prends le précieux maintenant ! Le prrrécieux est à nous ! Le vieux nous l'a volé ! C'est un méchant ! Il faut l'éliminer ! Pour avoir le précieux maintenant ! »


Sarko-Sméagol :  « Non, non... attendre ! Tout le monde est derrière nous ! Patienter... Faire croire à l'Union... et le précieux viendra tout seul ! »

Sarko-Gollum :  « Non ! Non ! Prends-le maintenant ! Nous le méritons ! Le pouvoir, c'est maintenant ! Il est à nous ! Nous n'allons pas attendre trois ans de plus ! Non ! A nous ! Il est à nous ! Mon prrrrrrrécieux ! »


Ce monologue fut interrompu subitement par le bruit sec d'une flèche venue se planter dans le lourd costume présidentiel, après avoir frôlé la tête de la créature. Celle-ci se retourna vivement, soudainement envahie par la terreur : un Chirac métamorphosé - sauf pour le visage - en archer elfe, aux oreilles pointues et aux longs cheveux clairs retombants sur les épaules, éclairé d'une lumière irréelle, venait de lui envoyer un des fins projectiles de son carquois, et s'apprêtait à effectuer un nouveau tir avec son grand arc. Sarkozy, fou de peur, s'enfuit de la pièce à toute allure, en émettant des sons qui tenaient à la fois du halètement et du couinement, tandis que Chirac, ayant aussitôt retrouvé son aspect normal - costume avec cravate, oreilles sans pointes, cheveux courts et rares sur le devant - tout en gardant, prêt à s'en servir, son arc et une flèche entre ses mains, s'exclama, s'adressant à lui-même :

Chirac : « Celui-là, il faudra le surveiller : il est plus rapide que Balladur ! »


Ainsi se termine l'histoire de Sarkozy-Gollum... Mais est-ce vraiment la fin de l'épopée ? Compte tenu de l'ambition dévorante de la créature, gageons hélas qu'il n'en est rien... Que nous réserve l'élection présidentielle de 2007 ? Comme dirait l'autre, entre un dangereux Sarkozy-Gollum à droite, les Bisounours à gauche, et, en embuscade, un « menhir » xénophobe qui n'en finit pas de pourrir la vie politique de ce pays (comme tous les extrêmes), je sens nous allons encore bien nous amuser lors des prochaines semaines, dans notre chère démocratie où nous sommes tous censés être à la fois libres, égaux, et frères...

Sans doute est-ce faire un peu trop d'honneur à Sarkozy que de l'associer, même le temps d'une histoire amusante, à un personnage littéraire aussi tourmenté et complexe que celui de Gollum. Certains sont toutefois allé plus loin, en associant étroitement, dans une image animée le visage de Sarkozy et celui de Gollum tel qu'il apparaît dans les films de Peter Jackson. Honnêtement, on dirait un film d'horreur...


Ceux qui détestent à la fois Sarkozy et les films de Jackson seront sans doute ravis. Pour ma part, ne détestant que Sarkozy, et trouvant que l'adaptation cinématographique du Lord of the Rings de Tolkien, par Peter Jackson, est plutôt réussie (bien que non dépourvue de défauts par certains côtés), je n'ai évoqué cette image animée qu'à titre indicatif... De toute façon, toute comparaison de Sarkozy avec des personnages historiques ou littéraires ne peut, à mon avis, que nuire à l'image de ces derniers. Cela dit, on a bien le droit de s'amuser de temps en temps, non ?

Pour ceux que cela intéresse, la séquence originale des "Guignols de l'Info" est visible sous forme de vidéos en ligne, sur YouTube, aux adresses suivantes :

- http://www.youtube.com/watch?v=ev8ov-xG5vg&NR

- http://www.youtube.com/watch?v=gIwZgyMSFP0

Cordialement, :-)

Hyarion.

P.S.: petite mise à contribution de J.R.R. Tolkien à l’histoire de Sarkozy-Gollum racontée plus haut, les citations, qui apparaissent en italique dans le récit, sont extraites du chapitre V (« Enigmes dans l’obscurité ») de Bilbo le hobbit (The Hobbit), et du livre IV (chapitre premier) de la deuxième partie (« Les Deux Tours ») du Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings).

(Illustrations : photos extraites d'une émission télévisée des "Guignols de l'Info", sur Canal+, diffusée en septembre 2004 ; image animée diffusée par Sarkophage sur son blog  Sarkostique [le blog officiel satirique de Nicolas Sarkozy], en octobre 2006)

commentaires

Sauron 12/02/2007 22:57

Parfois, la méchanceté, c'est bien.

Haut de page